Posted 16 mars 2019 19 h 04 min by

Jugé depuis lundi à Paris pour escroquerie et détournement de fonds publics, Bernard Tapie préfère accuser le Crédit Lyonnais de malversations dans la revente d’Adidas plutôt que de reconnaître qu’il a bénéficié d’un traitement de faveur avec son arbitrage truqué de 2008.

Continuer a lire sur Mediapart