Posted 21 octobre 2018 18 h 12 min by

Du 8 au 10 octobre, s’est tenue au siège de l’OMS à Genève la première réunion du Protocole pour éliminer le commerce illicite des produits du tabac. Le texte exige des États la mise en place d’un système de traçabilité indépendant des industriels, accusés par le passé d’alimenter la contrebande. Mais en coulisses, les cigarettiers manœuvrent toujours pour jouer un rôle, allant jusqu’à recruter d’anciens hauts policiers français.

Continuer a lire sur Mediapart